Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 14:00

" Quand faut-il garder un secret ?

A qui revient-il de le révéler ?

Quand en parler ?

Comment faire en sorte que cela se passe bien ? "

 

A partir d'un nombre important de récits issus de séances de psychothérapie, l'auteur s'efforce de répondre à ces quelques questions , avec simplicité et humilité.

 

Evan Imber-Black démontre également que le secret de famille est  une notion complexe, délicate, personnelle  et universelle car toute famille a son (ses) secret(s).

 

Ce livre est passionnant, touchant et très instructif . On apprend entre autre que :

 - des secrets, il en est de toutes sortes : doux, essentiels, toxiques, dangereux...

 - un enfant, invite presque toujours sa famille à la révélation, que ce soit par des questions directes,  des allusions ou un comportement atypique;

- les secrets se transmettent de génération en génération, "comme des bombes à retardement";

- "le fait d'être exclu d'un secret de famille peut altérer l'identité et le comportement, engendrer un manque de confiance en soi, des sentiments de distance, de suspicion et faire obstacle à la prise des décisions appropriées;"

 - il vaut mieux éviter de dévoiler un secret au moment d'un changement, d'une cérémonie, d'un rituel ( ex : Noël);

- "les familles ne se réveillent pas un beau jour en se disant : "tiens, si on s'inventait un secret !" Quand on recherche les origines de ce qui est caché, on doit tenir compte de l'histoire, de la culture, du pouvoir et de la politique. Les détails de ce contexte plus général sont le plus souvent flous ou occultés dans l'esprit des gens, ce qui ajoute au non-dit;"

- il est bon d'avoir des secrets, y compris vis à vis de ses proches ; trop de transparence nuit parfois à la relation ;

- "quand un enfant révèle un secret dangereux ( ex : inceste), il a besoin de prendre appui sur un adulte digne de confiance.

Les enfants ont besoin de savoir qu'il y a des adultes dans leur vie qui leur fourniront l'espace nécessaire pour explorer et exprimer tous leurs sentiments et leurs croyances contradictoires, faute de quoi ils se refermeront et construiront de nouveaux secrets autour de ces émotions dont personne ne veut entendre parler";

- "Il est des secrets qu'il ne faut jamais cacher aux enfants. Les informations sur l'héritage biologique, l'adoption, la conception par un tiers, et la composition familiale, comme par exemple, l'existence de demi-frères ou soeurs vivant ailleurs appartiennent aux enfants."

 

Et pour terminer, un paragraphe sur l'adoption :

"Lorsque j'ai commencé à pratiquer la thérapie familiale, tout le monde pensait que le secret était indispensable en cas d'adoption. On conseillait aux parents de dire à l'enfant qu'il avait été adopté et d'insister  sur le fait qu'il avait été "choisi", et qu'il avait donc quelque chose de spécial. Mais ce conseil était doublé d'un autre message : les travailleurs sociaux mettaient l'accent sur le fait que les parents devaient considérer leur enfant adoptif  comme n'étant aucunement différent d'un enfant biologique. Les services d'adoption déployaient de grands efforts pour que les enfants adoptés ressemblent aux parents adoptifs. (...)

L'adoption d'un enfant commençait dans le secret et devait le rester à jamais.

La loi interdisait aux services d'adoption de fournir aux familles adoptives des informations autres que sommaires sur les parents d'origine. (...)

Les mères biologiques, de leur côté, savaient encore moins de choses sur les familles qui allaient élever leur enfants. Elles étaient censées disparaître avec leur secret. (...)

Les intentions de départ étaient louables : il s'agissait de protéger les enfants et les parents adoptifs(...)

Mais les conséquences ont été tout autres. Dès le premier instant, avec la fabrication d'un nouveau certificat de naissance où les noms des parents adoptifs figuraient en lieu et place de ceux des parents biologiques, les enfants adoptés et leurs familles se trouvaient pris contre leur gré dans une conspiration du silence. Ainsi, toutes les spécificités d'un enfant adoptif devaient  être niées, y compris les différences de personnalité, de tempérament et de constitution physique.

Paradoxalement, ce déni de toute différence, censé rapprocher les enfants et les parents, a souvent pour effet de façonner des enfants qui se sentent rejetés ou des adolescents qui manifestent de plus en plus de traits que leurs parents préféreraient ne pas voir. Ce que les milieux de l'adoption appellent "les problèmes d'identité" des enfants adoptifs est une conséquence directe de l'absence d'informations sur leur histoire, leur identité et leurs origines biologiques. J'ai rencontré des familles où tout ce qui, chez l'enfant adoptif,  ne collait pas pas avec l'appartenance à la famille adoptive était ou bien minimisé, ou bien ignoré, ou bien, pis encore, puni. Lorsque ces stratégies  ne marchaient pas, surtout au moment de l'adolescence, ces familles passaient à l'extrême inverse, exagérant les différences et accusant l'adoption d'être la source de tous les maux. Ces deux atitudes masquent la complexité du processus d'adoption.

La chape du silence s'abat aussi sur les émotions profondes que met en jeu toute adoption, surtout le deuil. Dans toute adoption, il y a une part de perte et une part de gain. Lorsque le seul point de vue est une fiction sur "l'enfant choisi", alors la perte de la mère biologique, la perte de l'enfant, et la perte de la famille adoptive se trouvent toutes occultées.

En matière d'adoption, les choses ont beaucoup changé au cours des vingt dernières années.

(...)

Néanmoins, des milliers de gens qui ont été adoptés dans les conditions anciennes souffrent encore du secret qui leur a été imposé."


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : "La parole est d'or"
  • : Sur mon blog, vous trouverez des citations parce que j'aime les mots, leur beauté, leur pouvoir. Vous trouverez également des résumés de mes lectures, des commentaires et des réflexions en lien avec la psychothérapie, en particulier l'analyse transactionnelle. Soyez les bienvenus et n'hésitez pas à vous exprimer. A bientôt
  • Contact

Recherche

Liens