Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 15:12

 

Le grand livre de l’analyse transactionnelle

France Brécard et Laurie Hawkes

 

 

 

Les différentes émotions

 

Les analystes transactionnels se sont intéressés principalement à 4 émotions :

La peur, la colère, la tristesse, la joie. Les autres sentiments , plus élaborés, sont tous dérivés de ces émotions de base.

Chacune de ces émotions de base peut être fonctionnelle quand elle apparaît de manière adéquate, ou dysfonctionnelle, quand elle n’est pas en rapport avec ce qui se passe.

 

La peur

C’est l’émotion qui concerne l’avenir. Elle nous avertit d’un danger et nous permet d’y réagir.

Elle est fonctionnelle quand elle est liée à un réel danger ; elle est dysfonctionnelle quand le danger est fantasmé ou dramatisé et qu’une inquiétude exagérée inhibe l’action.

Ce peut être le cas d’une anticipation négative.

Méconnaître sa peur peut être dangereux car on ne prend pas en compte certains signaux qui permettraient de se protéger.

La peur peut se manifester  sous différentes formes : légère appréhension, anxiété, angoisse, peur irraisonnée, panique.

Quand elle n’est pas justifiée, elle peut se révéler dangereuse.

 

 

 

La colère

 

C’est une émotion en rapport avec le présent. Elle vise à obtenir un changement dans l’environnement, soit parce que cet environnement est frustrant et n’apporte pas de satisfaction, soit parce qu’il a été envahi. La colère est fonctionnelle quand elle permet de se faire entendre et de montrer à l’autre quelles sont nos limites.

Elle est dysfonctionnelle quand elle concerne le passé. Elle est inefficace et n’apporte pas de changement.

Sauf à pouvoir se confronter aux personnes qui les ont blessées, ressasser le passé ne fait pas avancer les personnes qui n’ont pu obtenir réparation pour leurs blessures.

La colère se manifeste sous différentes formes : irritation, agressivité, agacement, colère froide, cris, hurlements, violence…

La façon dont nous exprimons notre colère est importante.

Dire sa colère permet de se libérer de ce sentiment, mais à condition de parler de soi et de ce que l’on ressent, plutôt que d’accuser l’autre.

 

La tristesse

 

La tristesse est l’émotion liée au passé, à la perte. Les larmes sont une façon de digérer la perte, de métaboliser le deuil.

Elle est fonctionnelle quand elle fait partie d’un processus de deuil et qu’elle est liée à une perte réelle.

La tristesse devient dysfonctionnelle quand elle s’apparente à la dépression et que la personne reste bloquée dans un chagrin qui n’évolue pas. Ce chagrin sans solution est une façon d’exister qui affaiblit peu à peu la personne et l’empêche de vivre pleinement.

Il y a plusieurs niveaux dans la tristesse.

Un des facteurs qui permet de traverser l' émotion liée au deuil, c’est de pouvoir en parler, de la partager. Souvent les personnes restent bloquées dans leur tristesse, parce qu’elles n’ont pas senti de réconfort ni de consolation dans leur entourage.

 

La joie

 

La joie est une émotion liée au présent ou au futur immédiat. La joie est fonctionnelle quand elle correspond à un moment joyeux présent ou à venir.

Une des caractéristiques de la joie est qu’il est agréable de la partager. Le rire que nous partageons prend plus d’ampleur.

Si le rire est l’émotion du présent ou du futur, nous pouvons aussi revivre les moments heureux du passé et en ressentir encore du plaisir. Cela peut nous ressourcer et nous rendre heureux.

Rire ou sourire sont dysfonctionnels quand ils sont une réaction défensive à un moment douloureux, quand le rire est sans joie, et sans rapport avec la situation.

Si nous nous servons de l’humour pour rire aux dépens des autres, pour nous sentir en position haute vis-à-vis de nos semblables, le rire n’est plus une manifestation de joie authentique, mais une façon de prendre le dessus sur le monde.

Parfois l’humour, la rigolade est une façon de ne pas sentir les choses douloureuses de la vie. Mais cette défense , plus agréable pour les autres que la tristesse, peut poser quelques problèmes.

 

 

 

L’angoisse et l’anxiété

 

Les sensations physiques liées à l’anxiété et à l’angoisse peuvent ressembler à celles de la peur. On se sent la gorge serrée, l’estomac noué, les mains moites. Cependant, même si leurs manifestations corporelles sont proches, les sentiments et les causes de ces sentiments sont différents.

Dans la peur, l’objet de la peur est bien identifié, il est réel et peut être expliqué ;

Dans l’anxiété et encore plus dans l’angoisse, ce qui procure la sensation est beaucoup moins clair, et il est difficile de comprendre ce qui se passe et d’en sortir.

L’anxiété est souvent liée à l’anticipation négative et aux croyances que l’on a sur soi ou sur le monde.

Quand l’anxiété est utilisée par la personne comme un moyen de recevoir des encouragements et ou des réassurances, on peut le classer dans les sentiments parasites. Mais bien souvent , la personne gère seule son anxiété : à la suite  de ruminations négatives elle ne se sent pas bien, mais ne partage pas son malaise.

L’angoisse est un sentiment d’inquiétude morale ou métaphysique lié à la réflexion sur la condition humaine. ( angoisse de mort, lié au fait de donner la vie, malaise devant l’absurdité de la vie, le sentiment de manque, l’abandon, la crainte de ne pas assumer ses responsabilités…)

Angoisse et anxiété s’apparentent et se confondent  quand elles sont la conséquence de ruminations négatives ; Mais alors que l’anxiété peut être gérée et diminuée par le raisonnement, l’angoisse est constitutive de la réflexion sur l’être humain et ne se calme pas facilement par le raisonnement.

L’angoisse peut aussi être liée à notre scénario : quand nous tentons de sortir du pré carré que constitue notre scénario, quand nous enfreignons des préceptes qui nous ont été transmis, très souvent, nous éprouvons de l’angoisse.

 

 Conclusion

 

Si l’émotion que nous éprouvons semble adaptée à la situation, si elle permet de résoudre efficacement le problème, alors nous sommes dans l’émotion authentique. Cependant, le sentiment parasite est souvent vécu par la personne comme « vrai ». La substitution s’est faite dans l’enfance, et la personne n’est pas consciente de ce processus. Aussi la différenciation entre sentiment authentique et sentiment parasite est-elle souvent difficile à faire.

Le sentiment parasite est un sentiment de l’Enfant Adapté ou du Parent Négatif. C’est un sentiment répétitif, que nous contactons le plus souvent en situation de stress. Chacun, dans un moment de stress, va réagir à sa façon , et manifester l’émotion qui était permise et même encouragée par sa famille.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

christian 15/05/2010 23:05


Chouette article sur le b-a-ba des émotions en AT! Merci.

Cela me donne envie de rajouter que les analystes transactionnels ajoutent parfois à ces 4 classes d'émotions d'autres émotions de base : notamment la honte, et la rage. D'autres ajoutent la
culpabilité, alors que nombreux sont ceux qui la considèrent comme une émotion racket et non "authentique".
Enfin, beaucoup considèrent la violence comme un comportement plutôt qu'un mode de colère.

Et que dire de l'amour, ou encore du désir, de l'agressivité, ou de la sérénité ? Bref, il y a des classes de vécu dont, il me semble, l'analyste transactionnel ne sait pas trop s'il va les placer
ou non dans la liste des émotions, et à quel prix (par exemple, définir l'amour, la sérénité ou le désir comme des modalité de la joie semble peu pertinent).

L'analyste transactionnel semble vouloir classer les émotions, et c'est utile ! ... Mais parfois c'est plus compliqué à faire qu'à dire, et le consensus est loin d'être atteint parmi les
théoriciens de l'AT.
Nous avons donc encore beaucoup à conceptualiser. Alors ... Vive la relève que nous constituons, pour poursuivre la réflexion !


"La parole est d'or" 16/05/2010 21:37



Super cet éclairage sur les émotions et l'AT.


Je te rejoins, on ne peut pas se "contenter" d'étiqueter et de classer des réalités aussi riches et complexes.


Je trouve très motivant le fait que tant de choses soit encore à conceptualise , à écrire, à inventer. J'ai le sentiment d'avoir un univers entier à découvrir , tout en ayant la possibilité et le
désir d'y ajouter mon édifice.



Présentation

  • : "La parole est d'or"
  • : Sur mon blog, vous trouverez des citations parce que j'aime les mots, leur beauté, leur pouvoir. Vous trouverez également des résumés de mes lectures, des commentaires et des réflexions en lien avec la psychothérapie, en particulier l'analyse transactionnelle. Soyez les bienvenus et n'hésitez pas à vous exprimer. A bientôt
  • Contact

Recherche

Liens